rejoignez-nous !

avec le soutien

  • Bouygues Construction
  • Caisse des Dépôts
  • Ademe

Vous avez déjà un compte ?

identifiez-vous

créer un compte !

Les Campus membres

UNIVERSITÉS

ÉCOLES DE MANAGEMENT

ÉCOLES D’INGÉNIEURS

ÉTABLISSEMENTS SPÉCIALISÉS

avec le soutien

REFEDD

Les étudiants se soulèvent pour l’urgence climatique

Crédit photo : REUTERS/Philippe Wojazer

Les étudiants se soulèvent pour l’urgence climatique

Suite à l'appel de Greta Thunberg, les jeunes du monde entier se mobilisent

Depuis l’intervention de la jeune Greta Thunberg lors de la Cop24 à Katowice, les grèves étudiantes pour le climat se multiplient à travers la planète. Ces manifestations, appelées Fridays for future, se sont organisées à Stockholm, Berlin, Genève, Londres, Rome… et désormais à Paris. Vendredi 8 février, plus de 300 étudiants se sont rassemblés en Assemblée générale à Jussieu et ont voté le lancement de grèves hebdomadaires pour l’environnement. Les étudiants en question, principalement parisiens, se sont retrouvés devant le Ministère de la Transition écologique et solidaire vendredi 15 février en début d’après-midi, et ont volontairement choisi la manifestation pacifique plutôt que les bancs du lycée ou de l’université. Derrière ce mouvement, le questionnement suivant : pourquoi continuer à étudier si le monde court à sa perte ?

 

Les manifestations étudiantes se cristallisent à Paris

Vendredi 15 février, ce sont environ 500 étudiants qui ont pris place devant le 246 Boulevard Saint-Germain, pancartes au bras et peinture verte sur les mains, afin de se faire entendre par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, lieu symbolique de « l’inaction du gouvernement » (Antoine Soulas, interviewé pour Le Monde). Et vendredi 22 février, une semaine plus tard, un millier de jeunes ont défilé dans les rues aux côtés de Greta Thunberg, à Paris pour l’occasion. Deux revendications majeures se dessinent à travers les témoignages des étudiants présents : la déclaration d’un état d’urgence climatique et sociale, et la réduction annuelle de 4% des émissions de gaz à effet de serre. Ces mouvements étudiants font écho à la multiplication des catastrophes climatiques qui ont inondé nos fils d’actualité ces derniers mois : mer de plastique, incendies en Californie, typhons en Asie… Pour les étudiants français, qui suivent le mouvement international déjà en route depuis plusieurs semaines, c’est maintenant qu’il faut agir et que le gouvernement doit s’emparer de cet enjeu qui secoue la planète. Julien Bayou, porte-parole d’EELV et élu d’Île-de-France qui était présent vendredi, s’est confié à Reporterre: « La jeunesse a tout compris. La population attend un changement radical, elle est prête, donc maintenant il ne faut plus tarder. »

 

Agir au sein de son campus : c'est possible

Mais c’est aussi au sein de leur campus que les étudiants se mobilisent. Nombreux sont ceux qui mettent en place des stratégies de gestion des déchets, de récupération des invendus ou d’économie d’énergie dans leur université ou leur école. Les établissements d’enseignement supérieur restent le lieu où les jeunes sont formés, autant aux enjeux professionnels que sociétaux, et doivent être des acteurs clés de la dynamique insufflée par les étudiants du monde entier. 

 

Crédit photo : REUTERS/Philippe Wojazer

 

autres actualités